Ambroise Marchand

Rencontre

Rencontre

Un matin de juin, je me lève très tôt afin de me rendre dans le Seebachtal (ZH/TH). Je compte faire des images de lièvre au lever du jour. Après quatre heures d'affût fructueuses, je quitte mon lieu d'observation. Les cartes mémoire sont déjà bien remplies mais je décide de ne pas rentrer tout de suite et d'aller jeter un oeil sur les îlots de nidification sur le Nussbaumersee. En chemin, je croise comme à son habitude, le héron cendré posé sur son poste d'observation: un vieil arbre sec. Je l'ai déjà photographié sur cet arbre à plusieurs reprises  (voir ici) mais je me raproche  rapproche malgré tout pour peut-être  faire encore une meilleure photo. Je me place dans le bon angle et j'attends qu'il se décide à prendre une meilleure pose. Après quelques minutes de patience, l'oiseau commence à ouvrir ses ailes comme si il voulait se réchauffer grâce au rayon du soleil. Puis je remarque qu'il commence à s'agiter... je saisis mes jumelles et en cherchant la cause de son comportement bizarre, je découvre un écureuil qui grimpe sur le tronc de l'arbre! Le mammifère sans gène gêne monte gentiment, sent les odeurs présentes sur l'écorce cherche dans les moindres recoins et se rapproche lentement du maître des lieux et cela jusqu'à quelques centimètres! Avant de faire demi-tour et de redescendre le long de l'arbre comme si de rien était... Le héron n'aura pas quitté son  promontoire mais vu sa réaction la visite du rongeur ne lui a pas fait plaisir du tout!

L’article a été ajouté à votre panier !

Mon panier »